Bonjour ! Comment ça va ?

Voici le podcast de l’interview de Cyrille, professeur de guitare et de natation dans les Landes près de Bordeaux. J’ai fait cette interview durant l’été 2015. Merci Cyrille !!!


Pour télécharger le podcast, n’oublie pas : un clic sur “download” puis un clic droit sur la barre audio !

Je te laisse le texte de la transcription ci-dessous et n’oublie pas de regarder aussi la vidéo, tu as un test de compréhension orale à la fin !!

optin-sidebar-FAPnu

Clique ici pour t’inscrire à mon cours de français gratuit !

TRANSCRIPTION :

Bonjour ! Donc bienvenue encore une fois sur “Français avec Pierre” ! Alors aujourd’hui on a la grande chance d’avoir avec nous Cyrille !

Donc bonjour Cyrille.

Bonjour Pierre.

Ça va ?

Ça va !

Alors est-ce que vous pouvez vous présenter rapidement, nous expliquer un peu qui vous êtes et d’où vous êtes ?

Oui, donc ben, je suis Cyrille Rousseau de mon nom de famille. Je suis né à Bordeaux, à 50 Km d’ici et je travaillais dans une piscine à Bourg-sur-Gironde, de l’autre côté de la Garonne, après Bordeaux et je faisais 100 Km le matin, 100 Km le soir pour aller travailler et un jour j’en ai eu marre, j’ai arrêté de travailler là-bas et j’ai créé mon propre bassin, ma propre piscine – vous verrez tout à l’heure donc- pour travailler donc avec les enfants.

D’accord mais alors à 50 Km de Bordeaux mais on est où là exactement.

Là on est à 50 Km au sud de Bordeaux donc  à la limite des Landes et de la Gironde.

Et comment s’appelle le lieu-dit ? Parce que vous habitez dans un lieu-dit hein, tout petit…

Le lieu-dit ça s’appelle, c’est le Quartier de Canet.

Canet.

Canet, voilà et c’est à côté du village d’Hostens.

Hostens d’accord. Hostens qui est un peu connu grâce à son lac.

Voilà, c’est ça, il y a un lac immense qui est issu des carrières de lignite en fait où on puisait le charbon de bois pour en faire de l’électricité dans les années 50.

Et quand ils ont fini la carrière en fait, ils ont…

Voilà, quand ils ont fini la carrière, ils ont laissé l’eau remonter, ils ont, les sources ont rempli les trous en fait et donc, on a un domaine magnifique, bordé de pins, puisqu’on est dans la région des pins ici, voilà.

D’accord. On est pas vraiment dans les Landes mais on est à la limite, à la frontière entre les Landes…

Voilà, c’est ça, à la frontière entre le département  des Landes et même les Landes qui sont le poumon de l’Europe, puisque c’est le… C’est ce qui dégage le plus d’oxygène en Europe.

C’est vrai ?

Oui, oui. Sans cette forêt là, c’est une des plus grosses forêts d’Europe donc on est oxygénés et puis…

Donc, à la frontière entre les Landes et la Gironde.

Et la Gironde ici donc département de Gironde.

D’accord. Alors donc vous étiez, enfin, professeur de natation dans une piscine et puis, voilà, il y a eu des restructurations et vous avez décidé donc de monter vos propres cours de natation l’été mais à côté de ça, vous faites une autre activité qui est musicien.

Voilà, c’est ça, oui, musicien.

Alors vous allez nous raconter, je vais vous laisser la parole parce qu’il y a tout une histoire par rapport à cette arbre non ?

C’est ça, c’est ça, donc… On va faire rapide… En 1975, on mangeait avec mes parents sur cette table enfin, ici et à la fin du repas, mon papa a dit, tiens, on était en train de manger des avocats, et donc c’est… un petit légume et on a pris le noyau qui est assez gros, gros comme ça et on l’a planté là, un avocat. Et une semaine après, on a commencé à voir une petite pousse, on s’est dit, tiens, l’avocat va pousser, on l’a gardé, on l’a entretenu, etc., voilà, et puis un an après, on avait un petit arbre avec des feuilles comme ça, c’était plus du tout un avocat, ça s’appelle un catalpa, voilà !

Catalpa !

Un catalpa.

Alors quel est le rapport avec la musique et votre groupe de musique ?

Alors, ben en fait, l’arbre a poussé j’avais une douzaine d’années et j’ai commencé, je faisais de la guitare déjà tout seul, un petit peu en autodidacte et j’ai… Tous mes copains venaient ici et on jouait souvent l’été, ici, sous… de la guitare sous l’arbre. Donc voilà et on enregistrait, on faisait des prises de vue, des images et des choses comme ça et petit à petit ben on a monté plusieurs orchestres et depuis une quinzaine d’années, moi, j’ai mon petit orchestre qui s’appelle Swing Catalpa.

Swing Catalpa, d’accord, en référence à…

En référence à l’arbre que vous voyez là, ici, voilà.

D’accord, alors, vous avez commencé la guitare à l’âge de douze ans non ?

Ouais.

Et donc, vous avez monté plusieurs groupes, maintenant c’est Swing Catalpa, alors vous faites des concerts dans la région ?

On fait des concerts dans la région, oui, oui, donc, sur tout le département, surtout assez près donc dans le village on organise pas mal de choses donc je joue assez souvent là, voilà, ici, dans le village donc dans les villages environnants.

Ouais.

Voilà et on joue beaucoup de reprises anglo-saxonnes et mes propres titres en français.

D’accord, très bien ! Donc, je laisserai un lien, on va laisser un lien sur la, sur la vidéo donc vous avez une page Facebook et vous avez un…

Oui, page Facebook et il faut taper Swing Catalpa et vous avez les liens sur tous les sites où on est référencés.

D’accord. Et donc vous jouez avec ce groupe, vous tournez avec ce groupe et vous donnez aussi des cours de guitare l’hiver c’est ça ?

Voilà, pour compléter l’hiver, j’ai une petite école de musique là dans une salle, dans la maison, voilà.

D’accord.

Et donc, j’enseigne à mes petits élèves, souvent c’est des petits nageurs qui viennent, à qui j’en parle et qui viennent apprendre la musique après, la guitare, voilà, de façon ludique en fait.

Donc ils passent de la natation l’été à la guitare l’hiver.

Voilà, voilà…

Et vous pouvez nous parler un petit peu aussi parce qu’on en a parlé à différentes reprises parce que mes enfants ont pris quelques cours avec vous de natation d’ailleurs ça a été super efficace et on en a parlé un peu, de la manière d’enseigner et…

Ouais. Alors, la façon d’enseigner moi que j’ai, que je pratique maintenant depuis des années, euh, en fait, je fais répéter à l’enfant ce que je lui apprends pour vraiment savoir s’il a compris ce que je lui disais ou pas. Voilà, et s’il est capable de reformuler ce que je lui ai demandé de faire c’est, c’est ancré. Tant qu’il n’a pas ce mécanisme, on va dire,  qui est automatisé, on ne passe pas au suivant pour pas brouiller les pistes en fait, voilà, donc je fais par étape, ça va doucement, c’est très lent mais c’est très efficace.

OK, donc dans le cerveau ça devient un automatisme.

Voilà c’est ça, c’est ça, voilà. Donc, on franchit étape par étape par étape et ça va à la vitesse de l’enfant en fait, ça ne va pas à la vitesse du professeur, ce qui fait que l’enfant évolue bien puisqu’il apprend la même chose qu’un autre en fait même si son niveau intellectuel ne lui permet pas de l’apprendre. Ce qui fait qu’en fait, on a des résultats quelque soit l’enfant. Même des enfants handicapés…

D’accord, donc il faut s’adapter à l’enfant, à ceux qui apprennent et ne pas avoir une méthode fixe pour tout le monde, la même…

Alors, si, la méthode est la même, en fait l’enseignement est le même, alors si, on va dire que la méthode est la même mais c’est le temps d’apprentissage chez la personne qui apprend qui est pas le même en fait.

Ah d’accord, ah oui d’accord.

Voilà, donc il faut rallonger le temps d’apprentissage pour passer à la phase 2 etc., voilà chez certains, chez d’autres c’est très rapide et voilà. Et en fait, ils arrivent tous à un niveau par exemple pour savoir bien nager ou savoir jouer un morceau entier à la guitare pas au même moment en fait. Et tant que l’élève n’est pas prêt à arriver à ce niveau là ben on continue sur des exercices qui lui permettent d’y accéder sans qu’il soit frustré en fait par ce que, un enfant qui n’arrive pas à apprendre c’est très frustrant donc s’il n’est pas bon, il s’en aperçoit donc il faut lui montrer qu’il est capable d’y arriver et tout le monde y arrive.

Et éviter qu’il se décourage… Le fait de motiver toujours et de réussir c’est très important, c’est ce que j’expliquais dans une vidéo, à un moment, il faut avoir des objectifs et les atteindre, que ce ne soit as trop difficile sinon on se décourage.

Donc alors moi, mon métier c’est de me mettre à la portée des enfants et je me dis tout le temps, est-ce que je fais bien de mousser un petit peu parce que des fois on pousse un petit peu, on fait du forcing pour essayer d’aider et il faut savoir en fait pédagogiquement placer le bon moment, le moment où on porte l’estocade ça s’appelle en fait, c’est-à-dire, à un moment il faut porter l’estocade et dire là on passe au cap suivant et il faut sentir quand l’enfant est prêt, voilà ! Que ce soit en natation, en guitare, et peut-être pour toute…

Ah, OK ! Et avec les adultes c’est…

Ça fonctionne pareil.

Ça fonctionne pareil ?

Ça fonctionne pareil mais c’est beaucoup plus lent.

C’est ça.

Parce que l’adulte pose des questions auxquelles on ne peut pas répondre.

L’adulte a besoin de davantage peut-être comprendre que l’enfant.

Voilà c’est ça, il analyse beaucoup plus et en fait, le fait d’analyser ça retarde son apprentissage.

Oui, pour les langues ça c’est intéressant parce que, pour les langues encore plus à ce niveau là adultes-enfants, il y a une grosse différence parce que souvent l’enfant c’est… Il utilise des outils naturels et l’adulte lui n’a plus forcément ces outils naturels et a besoin de comprendre davantage donc peut-être plus de grammaire par rapport à…

Plus de grammaire mais bon, l’essentiel c’est d’avoir le résultat, absolument.

Bon juste une dernière chose quand même : la maison là, vous nous avez parlé d’un… parce c’est une maison typique des Landes quand même ?

Oui, oui, c’est une maison, c’est un ancien airial ici donc c’est un petit village, tout petit où il y avait une cinquantaine d’habitants qui vivaient en autarcie, donc, ici, c’était la maison du vacher, il gardait les vaches. Il y a une grange là-bas que vous pouvez prendre en photo où les vaches étaient, on va dire, mises. Cette partie là, il y avait des vaches dans la partie de la maison qui chauffaient, ça chauffait la maison en fait. La fait d’avoir les animaux dans la maison fait qu’il y avait du chauffage dans la maison ; c’était les années 1700, hein. À côté, on a une maison, la maison du boulanger. Ici, il y avait la maison des maîtres en fait, donc avec les arcades où il y avait les relais de poste en fait où les gens passaient à cheval pour amener le courrier de Bordeaux donc, voilà. Et puis il y avait tout un tas de petites maisons avec les artisans, voilà, qui vivaient vraiment tous ensemble, en communauté quoi, voilà.

OK et c’est donc quelle époque la maison ?

1780 on va dire, peut-être avant, on a vu des dates inscrites là mais entre 1700 et 1800 on va dire.

Et elle est restée toujours dans la famille ?

Non, elle n’est pas restée dans la famille, on l’a achetée en 1973 en fait.

1973 d’accord.

Ouais, c’est mes parents donc et moi j’en ai hérité on va dire.

D’accord, OK donc c’est une maison familiale quand même.

Maison familiale, oui, oui.

D’accord, génial ! Bon, on va finir sur un petit, vous allez nous faire une petite démonstration !

Allez, si vous voulez.

Un petit morceau, voilà, qui se joue tout simplement ici…

…………….

Voilà ! C’était live !

Merci, super ! En direct ! La grande classe ! Bon, ben, merci beaucoup Cyrille !

C’est avec plaisir ! Revenez quand vous voulez pour la suite…

D’accord et que les gens le sachent : s’ils viennent dans la région près d’Hostens, ben ici, il y a des super cours de natation l’été et puis pour l’hiver, vous avez aussi des cours de guitare.

Ben oui, c’est complet !

Et puis, je laisserai donc le lien sur la vidéo ou sous la vidéo d’accord, de votre groupe, si ça intéresse des gens.

On peut aller jouer en Espagne aussi bien sûr !

Ouais ?! À Madrid, on vous attend hein !

Pourquoi pas, ouais, bien sûr !

D’accord, ben merci beaucoup !

Merci Pierre !

Au revoir !

Au revoir !

optin-sidebar-FAPnu

Clique ici pour t’inscrire à mon cours de français gratuit !