Bonjour !!

Aujourd’hui, je vous propose d’expliquer une chanson ! C’est une activité que je fais souvent en classe avec mes élèves et, si la chanson est bien choisie, ça permet d’apprendre plein de choses : du vocabulaire, des astuces de prononciation, de la grammaire… et c’est aussi une véritable fenêtre ouverte sur la culture française.

Je vous propose la chanson “Mistral Gagnant” de Renaud.

J’ai choisi cette chanson parce qu’elle est belle, parce qu’elle permet d’apprendre plein de vocabulaire intéressant, parce qu’elle est très représentative de la France des dernières années et aussi parce que j’ai eu l’occasion de voir, sur Internet, qu’elle est, en général, très mal comprise par les étrangers.

J’ai mis la vidéo en MP3 si vous voulez l’écouter comme un podcast mais c’est plus adapté pour la vidéo. Je vous conseille donc de regarder, avant,  au moins une fois la vidéo pour comprendre les explications.

Finalement, c’est une vidéo qui m’a demandé davantage de travail que d’autres moins sophistiquées (comme les simples podcasts par ex.) alors j’espère vraiment qu’elle vous plaira.

Voici la transcription :

Bonjour et bienvenue sur Français avec Pierre. Alors aujourd’hui, je te propose d’analyser une chanson. Donc, c’est une activité que je fais assez régulièrement en cours avec mes élèves de niveau un petit peu avancé quand même. Et aujourd’hui, je me suis dit « bah tiens, bah je vais faire une vidéo où on va parler d’une chanson » et puis on va… bon, pas l’analyser, mais l’expliquer on va dire plutôt. Alors voilà, il s’agit de la chanson Mistral Gagnant, de Renaud. C’est une chanson qui date de 1985. Alors oui, ce n’est pas une chanson de hier, OK ? Mais c’est une chanson qui reste quand même très actuelle parce que c’est une chanson qui a eu énormément de succès. Donc, c’est une chanson que tous les Français… bon, de ma génération bien sûr, mais même un peu plus jeunes, connaissent. Donc… malgré tout, elle reste actuelle. Et puis surtout, Renaud, c’est une figure tellement emblématique de la chanson française des 30 ou 40 dernières années, 30 dernières années – et encore aujourd’hui hein, il est tout à fait actuel – que malgré tout, c’est une chanson qui reste quand même actuelle. Alors, Renaud, je vais en dire quelques mots. Donc, il a commencé en fait à être connu à peu près au début des années 70. C’est un chanteur qui s’est beaucoup engagé dans des thèmes sociaux. Bon, c’est un chanteur auteur-compositeur, OK ? On dit ça comme ça pour les gens qui écrivent les paroles de leurs chansons et puis qui composent leurs chansons. Donc, ce sont des textes souvent sociaux, qui touchent des problèmes sociaux, qui touchent la politique. Donc, c’est très bien, en écoutant Renaud, tu vas apprendre beaucoup sur la France, les Français et les problèmes sociaux en France. Voilà, et puis bon, bah c’est… comme je le disais, c’est une figure emblématique vraiment de la chanson française, il est extrêmement connu. Euh… et… bon, il y a eu une phase où il… il est un peu alcoolique, donc il a eu un moment où on n’entendait plus parler de lui. Et puis il y a quelques années, il est revenu sur la scène et il a eu à nouveau beaucoup de succès. Donc, j’ai mis… ça c’est l’image de l’album Mistral Gagnant qu’il a fait. Donc ici, je te mets une photo de lui quand il était jeune, je préfère… mettre les photos de lui quand il était jeune, mais voilà, aujourd’hui, il est plutôt comme ça, donc il a à peu près 60 ans aujourd’hui, d’accord ? Mais il a commencé, il avait 25 ans hein, très très jeune. Alors, la chanson Mistral Gagnant, pourquoi ? Bah c’est une chanson déjà très connue de lui, très emblématique. Et puis… c’est une chanson qui parle de la nostalgie : la nostalgie de l’enfance, de l’enfance perdue. Et c’est un thème très cher aux Français, qui caractérise à mon avis pas mal les Français, on aime bien parler de l’enfance, on aime bien parler de nos souvenirs, on aime bien la nostalgie souvent. Et… pour nous, bon, je généralise hein, mais souvent pour les Français c’est pas… même si c’est triste, ça ne veut pas dire que c’est forcément mauvais. Et on aime bien se rappeler de nos vieux souvenirs, même boire un petit peu d’alcool là-dessus et pleurer sur nos vieux souvenirs, entre copains par exemple ou dans la famille. Donc, là Renaud va écrire une chanson dans laquelle il va nous parler de l’enfance, de son enfance où il mangeait des bonbons. Alors, c’est quoi les bonbons ? Donc, je t’ai mis une image ici, c’est plus facile d’expliquer comme ça. Donc les bonbons, c’est tout ce qui ce que mangent les enfants. Donc nous, on regroupe dans le mot « bonbon », je sais que dans d’autres langues il y a différents mots pour les espèces de bonbons. Mais pour nous, « les bonbons », donc ça peut être comme l’image que je t’ai mise là, mais aussi tout à fait ce genre de bonbons-là, la deuxième image que je t’ai mise, d’accord ? Donc en fait, ce qu’il se passe c’est que il va passer une après-midi – ou un après-midi, on peut dire « une » ou « un » pour après-midi – avec sa fille, qui est petite, et puis il va lui parler de lui, il va lui parler de quand il était petit, qu’il mangeait des bonbons. Et en fait, toute la chanson elle est très bien écrite parce qu’elle tourne autour du thème des bonbons. Euh… donc voilà, donc on a tout un champ lexical avec les bonbons. Et donc c’est intéressant, tu vas voir, il y a plein de mots intéressants. Mais en plus évidemment des bonbons, il y a plein de mots intéressants qui sont des mots assez familiers, mais très utilisés, donc ce n’est pas non plus des mots d’argot qui peuvent être intéressants, mais que tu ne vas pas entendre on va dire dans la bouche de tout le monde. Alors que là, il y a des mots familiers que tu dois connaître qui sont importants et puis je vais te parler de plein de choses importantes aussi, tu vas voir. Donc, c’est vraiment… ça va être intéressant au niveau du français et puis c’est aussi une jolie chanson. Donc voilà, on fait d’une pierre deux coups comme on dit en français. Alors… sinon… une dernière chose, une dernière anecdote. Cette chanson, Renaud ne pensait pas l’enregistrer en fait. Et puis, il a téléphoné à sa femme pour lui dire « tiens, écoute, j’ai fait une chanson, mais je ne sais pas si je vais l’enregistrer, elle est un peu trop intime ». Et sa femme lui a dit « si tu ne l’enregistres pas, je te quitte ». Donc… donc voilà, c’est la petite anecdote. OK. Donc ce qu’on va faire, c’est que… je vais te mettre la chanson, on va l’écouter, OK ? Et… je vais te mettre les paroles une fois, comme ça, en mettant la chanson. Et puis après, ce que l’on fera c’est que je vais l’expliquer. OK ? Donc, pour l’instant, je te la mets, tu l’écoutes. Si t’as pas envie de l’écouter… enfin je te conseille de l’écouter quand même. Si t’as pas envie de l’écouter, tu passes, et après tu auras les explications, d’accord ? Donc moi je vais disparaître pendant un moment, je te laisse écouter la chanson avec les paroles et on se revoit après.

Donc voilà, je vais maintenant expliquer la chanson. Donc, on est là dans le premier paragraphe. Et… en fait, il y a trois parties qui se… il y a un peu un couplet, une espèce de refrain, donc il y a trois fois ça. Donc là on est dans la première partie. Alors, donc tu vois que j’ai mis des mots en couleurs parce que c’est sur ces mots que je vais insister. Bon, donc il commence « À m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi », donc c’est avec sa fille. Donc ce « à m’asseoir », bon ça c’est… il aurait pu dire « s’asseoir sur un banc », hein, d’accord, c’est une expression, une façon de dire, ce n’est pas très important. Donc : Et regarder les gens tant qu’y en a. Alors, ce « tant qu’y en a », la première chose que je vais expliquer… Donc c’est écrit comme ça dans la chanson parce que c’est une façon de traduire comment parle le chanteur. Bon. Mais en fait, c’est parce que nous les Français quand on parle, souvent on dit vite les mots, on les dit rapidement. Et en fait ce « tant qu’il y en a », on le prononce comme ça « tant qu’y en a », et en fait il veut dire : « tant qu’il y en a ». D’accord ? Voilà. C’est pour ça que peut-être que tu ne le comprends pas très bien, ça veut dire « tant qu’il y en a ». Et « tant qu’il y en a » ça veut dire : je les regarde quand il y en a encore, quand il n’y en aura plus, je ne les regarderai plus. D’accord ? Je peux les regarder tant qu’il y en a. D’accord ? Bon : Te parler du bon temps qu’est mort. Alors « qu’est mort », je voudrais dire un mot, puisque en fait « qu’est mort » c’est « qui est mort », OK ? Puisque « qui » c’est le pronom relatif qui remplace un sujet. Normalement, le pronom relatif « qui », on ne peut pas faire l’élision, on ne peut pas mettre une apostrophe à la place de la lettre « i ». Mais quand on parle dans le langage parlé, très très souvent on met l’apostrophe à la place du « i », c’est comme « tu es », on ne peut pas normalement faire l’apostrophe, mais dans le langage parlé on dit très souvent « t’es », « t’es sympa » au lieu de « tu es sympa ». Bon, mais là c’est pareil avec « qui ». D’accord ? Donc : Te parler du bon temps qu’est mort ou qui r’viendra. Alors, pourquoi « r’viendra » ici, il y a une apostrophe ? Donc en fait, il y a une apostrophe pour marquer le fait que le « e » tombe. Tu sais que la lettre « e » dans les mots, quand elle se prononce E, quand elle n’a pas d’accent, on peut… quand on va vite, au lieu de dire « reviendra » par exemple, quand on va vite on dit « r’viendra », OK ? Un cheval, on peut dire « ch’val », OK ? Quand on peut, par exemple un mot comme « grenier » ou « grenouille », on ne peut pas dire « gr’nouille ». Mais si l’on peut, si on peut, on va dire « r’viendra ». Donc, dans les chansons, pour traduire ça, ils mettent une apostrophe à la place de la lettre E, d’accord ? Donc ça c’est « reviendra » du verbe revenir, que tu connais normalement. Donc : En serrant dans ma main tes p’tits doigts. Et là il fait pareil, avec « petit » il met « p’tit » parce que il dit « p’tit doigts », d’accord ? Ensuite, « pis » : Pis donner à bouffer à des gens idiots. Alors « pis » en fait c’est « puis », d’accord ? Dans un langage familier. « Bouffer » c’est manger, dans un langage familier mais c’est très utilisé. D’ailleurs, la mauvaise nourriture, par exemple de la restauration rapide ou des plats à emporter c’est « la malbouffe », d’accord ? Donc, la bouffe, si la nourriture « est bouffée » c’est manger, OK ? À des pigeons idiots, leur filer des coups d’pieds pour de faux. Donc « leur filer » ça veut dire « leur donner », là je ne l’ai pas marqué spécifiquement, mais « filer » c’est donner. Et entendre ton rire qui lézarde les murs. Alors, « lézarder », donc là je t’ai mis une image. Lézarder, en fait c’est créer une lézarde dans un mur. Une lézarde, c’est une fente ou une fissure, d’accord ? Quand le mur est fissuré. D’accord ? Donc là c’est un peu… c’est une métaphore : entendre ton rire qui lézarde les murs. C’est métaphorique, ça veut dire que ton rire casse mes propres murs. Et « qui sait surtout guérir mes blessures », d’accord ? Donc, les blessures, c’est quand vous avez mal quelque part. Et guérir, c’est quand vous vous soignez. Alors ensuite : te raconter un peu comment j’étais mino. Alors, « un mino » c’est un gamin, c’est pareil, c’est un enfant. D’accord ? Donc, mino, ce n’est pas très utilisé, mais le mot gamin par exemple est très utilisé, qui vient de l’italien si je ne me trompe pas. Alors ensuite, il dit « les bonsbecs fabuleux qu’on piquait chez l’marchand ». Alors, les bonsbecs, c’est les bonbons. Les bonbons, donc… bonsbecs c’est un mot d’enfant, les enfants ils utilisent « bonbecs » au lieu de « bonbons », d’accord ? Alors : les bonsbecs fabuleux qu’on piquait… alors piquer c’est un mot familier mais très important, ça veut dire voler, d’accord ? Dérober, voler. Pas voler de voler, mais voler… d’accord ? Alors : chez l’marchand, là tu vois aussi que « l’marchand » il a mis une apostrophe pour dire que… ça veut dire qu’il ne dit pas « chez le marchand », mais sinon « chez l’marchand », OK ? Donc vraiment, c’est très important ça, que tu comprennes bien ça, parce qu’en plus c’est comme ça que parlent les français en général. Souvent les « le », « de », « me », tous ces mots, souvent on ne prononce pas le « e » et on dit « l’marchand », d’accord ? Par exemple. Alors, il va commencer à énumérer des types de bonbons, donc les car-en-sac, c’est des bonbons qui existent encore, qu’on mange, il y en a France, donc voilà, c’est Haribo qui les fait, Haribo c’est une marque allemande de bonbons. Donc, ce sont des petits bonbons dans un sachet comme ça qui sont à la réglisse en fait, d’accord ? Voilà, j’ai préféré mettre une photo… c’était plus facile à expliquer. Donc : les bonsbecs fabuleux qu’on piquait chez l’marchand. Car-en-sac… alors les Minto, c’est des petites dragées comme des petits dragées à la menthe aussi. Et caramel, les caramel c’est du sucre fondu, donc ça se présente souvent… ça peut être la matière le caramel et ça c’est un caramel, c’est-à-dire que c’est du sucre fondu. Là c’est un caramel mou et ça se présente comme ça, c’est en forme de bonbon. À un franc, « franc » c’est la monnaie ancienne de la France, d’accord ? Donc qui valait un franc. Et les mistrals gagnants. Donc, les mistrals gagnants, voilà pourquoi la chanson s’appelle comme ça, parce que les mistrals gagnants, c’était aussi un type de bonbon qui existait autrefois, qui n’existe plus. C’était une poudre, voilà, un sachet comme ça qui se présentait comme ça et puis il y avait de la poudre dedans et on mettait une paille et on aspirait, voilà. « Mistral » c’est un mistral comme le vent parce que ça avait un goût frais qui rappelait le vent. Et pourquoi gagnant ? Parce que dans certains sachets, il y avait écrit qu’on avait gagné et donc on pouvait avoir un autre sachet gratuit, d’accord ? Donc voilà. Donc il énumère ces types de bonbons.

 

Donc, on va passer à la deuxième partie de la chanson. Alors : à marcher, à r’marcher, donc remarcher, marcher à nouveau sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu’y en a. Bon, « la vie tant qu’y en a », c’est un peu une blague, c’est très… le type d’humour de Renaud. « Te raconter la Terre », donc le monde, te raconter la vie, le monde, « en te bouffant des yeux », donc bouffer, très important aussi, on l’a vu, bouffer c’est manger, OK ? Donc « en te bouffant des yeux », ça veut dire que quand on adore une personne, on lui dit… on dit « il l’aime tellement quand il la regarde, on dirait qu’il la mange », d’accord ? Puisqu’évidemment, c’est sa fille chérie, en plus il n’a qu’une fille, donc vous vous imaginez bien… Ah je crois qu’il a eu un fils il n’y a pas longtemps avec une autre femme, mais bon, à l’époque il n’avait qu’une fille, donc on imagine comme il l’aimait. Donc, « te parler de ta mère un p’tit peu », donc là on voit encore le « p’tit peu » pour bien dire « petit peu » qu’on le dit « p’tit peu ». Donc c’est pour ça qu’il y a l’apostrophe. Donc, te parler de ta mère, de ta maman, un petit peu. « Et sauter dans les flaques pour la faire râler ». Alors, « dans les flaques », les flaques, une flaque, c’est… c’est quand il a plu, c’est les endroits où il y a de l’eau, sur le trottoir, dans la rue, où il reste de l’eau et les enfants souvent sautent dedans pour s’amuser, comme l’image que je t’ai mise. Donc : et sauter dans les flaques pour la faire râler, c’est-à-dire pour faire râler ta mère. Râler, ça veut dire ne pas être content… quand vous faites comme ça vous râlez, d’accord ? Je l’ai expliqué dans un podcast, le côté râleur des français, je ne sais pas si tu l’as vu. Ensuite : bousiller nos godasses et s’marrer. Donc, des mots importants. Alors « bousiller », ça veut dire « casser, abîmer », d’accord ? Bousiller. Godasse, ça veut dire « chaussure », OK ? Bon ça c’est familière, argot, OK ? Godasse, chaussure. C’est une godasse, une chaussure, OK ? Et se marrer, donc là il a mis l’apostrophe pour dire « s’marrer », mais c’est se marrer, verbe pronominal. Se marrer, ça veut dire rigoler, ça veut dire rire, ha ha, d’accord ? Ça c’est très important ce verbe, se marrer, on l’utilise beaucoup. Qu’est-ce que je me marre, ha ha ha ! D’accord ? Bien. Ensuite, donc s’arrêter ; et entendre ton rire comme on entend la mer, s’arrêter, r’partir en arrière. OK ? Repartir, partir. Te raconter surtout les carambars d’antan. Alors les carambars, c’est un style de bonbon aussi, qui est en fait comme du caramel et on en voit encore, ça existe encore aujourd’hui. À l’intérieur, dans le papier, il y a des histoires drôles, des blagues, d’ailleurs c’est très connu pour ça. Donc, les carambars d’antan, « d’antan » ça veut dire d’il y a longtemps, d’avant. Et les cocos boers, c’est un style de bonbon aussi, qui n’existe plus aujourd’hui. Ils l’ont recommercialisé je crois, mais… enfin bon, ce n’est pas du tout connu de ma génération. Donc, c’était une poudre qu’on mélangeait avec de l’eau, je crois. Ouais, c’était une friandise, c’est ça, à la réglisse, d’accord, qui était… en forme de poudre et on le mélangeait à l’eau pour faire un genre de boisson, d’accord ? Donc, les carambars d’antan et les cocos boers. Et les vrais roudoudous. Alors, ça aussi, je vais… les roudoudous, c’est mieux de mettre une image. Donc c’est… alors ça j’ai connu, maintenant je crois que ça n’existe plus. C’étaient des coquillages et dedans il y avait du caramel. D’accord, du caramel, c’est-à-dire du sucre… brûlé, chaud, qui bouille et qu’on met dedans, d’accord ? Donc à l’époque c’étaient de vrais coquillages, les coquillages là c’est le moule. Et puis après, ça a été remplacé par des coquillages en plastique, d’accord ? « Qui nous coupaient les lèvres et nous niquaient les dents ». Alors « niquer », qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire « casser, abîmer », OK ? Alors, le mot « niquer », attention, parce que dans un langage vulgaire, ça peut signifier autre chose. Pour expliquer ça… voyons voir, le mieux c’est que je te dise l’expression en anglais, par exemple « fuck your mother », en français c’est « nique ta mère », d’accord ? Donc « niquer », « fuck », OK ? Bien, donc… Mais sinon, ça peut vouloir dire « casser, abîmer ». Donc « qui nous niquaient les dents », parce qu’avec le sucre, ça abîme les dents. Et les mistrals gagnants.

 

Finalement, on a le dernier couplet, donc il y a : À m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, et regarder le soleil qui s’en va, qui part. Te parler du bon temps qu’est mort et je m’en fous. Donc « je m’en fous », ça veut dire « ça m’est égale », je m’en fiche on peut dire aussi, d’accord ? Très important « je m’en fous », on l’utilise beaucoup en langage familier. « Te dire que les méchants, c’est pas nous. Que si moi, je suis barge… alors qu’est-ce que ça veut dire « barge » ? Ça veut dire que si moi je suis fou, être fou. Ce n’est que de tes yeux, car ils ont l’avantage d’être deux. Et entendre ton rire s’envoler aussi haut que s’envolent les cris des oiseaux. Te raconter enfin qu’il faut aimer la vie. Et l’aimer même si le temps est assassin. Donc « assassin » ça veut dire « criminel ». Et emporte avec lui les rires des enfants. Et les mistrals gagnants. Et les mistrals gagnants. D’accord ? Donc voilà, c’est… moi je trouve que c’est une jolie chanson. À l’époque, quand j’écoutais beaucoup Renaud, quand j’étais plus jeune, c’était pas ma chanson préférée parce que je préférais les chansons plus… anarchistes un petit peu, plus rebelles. Et… et j’aimais un peu moins ce style de chansons qu’il écrivait. Mais avec le temps, je l’ai réécoutée et j’ai trouvé que c’était vraiment une très jolie chanson. Donc voilà, sur l’enfance, sur le temps qui passe. Puis, c’est très typique de Renaud parce que… parce qu’il a beaucoup de problèmes avec l’enfance, avec la nostalgie, si vous regardez sur YouTube des reportages sur lui, c’est quelqu’un qui est très nostalgique, qui a beaucoup de mal avec ça, c’est peut-être pour ça qu’il est devenu alcoolique. Bref, donc… voilà, et puis c’est très sentimental, donc je trouvais que c’était une chanson aussi qui était très française pour ça. Bien, j’espère que tu as aimé cette chanson et puis cette petite explication, que tu as appris de nouveaux mots. Et puis voilà, on se retrouvera… si ça vous a plu, en général, je referai ce genre de vidéos. N’oublie pas de parler de Français avec Pierre autour de toi, aux professeurs de français, aux élèves de français, à tout le monde, de me suivre sur Facebook, de t’abonner à ma chaîne YouTube, d’aller voir sur le blog. Et puis on se retrouve dans d’autres vidéos. À bientôt ! J’espère qu’ils ne vont pas m’empêcher de siffler pour le copyright !

 

 

Eh, juste un truc ! Si tu veux recevoir mon cours de français gratuit, je te laisse le lien :

optin-sidebar-FAPnu

Clique ici pour t’inscrire à mon cours de français gratuit !