Mon ami Jean-Philippe ( qui intervient aussi dans le pack Mes Meilleures Interviews  ) nous parle de Montpellier, du Canada et nous donne sa vision de la France.  Retrouve l’exercice, la transcription et le podcast sous la vidéo !

Tu peux aussi suivre sur la page Facebook ; j’y poste une petite astuce de FLE tous les jours !
Merci aussi pour ton soutien indispensable :  les “like” ou pouces vers le haut, partages, commentaires et abonnements sur la chaine YouTube  :-)

Exercice

1. Où Jean-Philippe est-il né ?

…………………………………………………………………

2. Quelle est la passion de Jean-Philippe ?

…………………………………………………………………

3. La mer est à quelle distance de Montpellier.

…………………………………………………………………

4. Montpellier compte combien d’habitants ?

…………………………………………………………………

5. La femme de Jean-Philippe à des origines… ?

…………………………………………………………………

6. Jean-Philippe a des origines… ?

…………………………………………………………………

7. Dans quelles parties du Canada y a-t-il beaucoup de Français ?

…………………………………………………………………

8. D’après J-P, il y a une grosse différence entre les États-Unis et le Canada, quelle est-elle ?

…………………………………………………………………

9. Depuis combien de temps J-P est-il parti de France ?

…………………………………………………………………

10. Quel regard a-t-il sur la France ?

…………………………………………………………………

Correction

1. Où Jean-Philippe est-il né ?

Près du Mans.

2. Quelle est la passion de Jean-Philippe ?

La voile.

3. La mer est à quelle distance de Montpellier.

À 20 min. en voiture.

4. Montpellier compte combien d’habitants ?

400.000.

5. La femme de Jean-Philippe à des origines… ?

Grecques.

6. Jean-Philippe a des origines… ?

Corses.

7. Dans quelles parties du Canada y a-t-il beaucoup de Français ?

En Ontario et au Québec.

8. D’après J-P, il y a une grosse différence entre les États-Unis et le Canada, quelle est-elle ?

Au Canada, il y a plus d’intervention de l’État, plus d’aides sociales…

9. Depuis combien de temps J-P est-il parti de France ?

15 ans.

10. Quel regard a-t-il sur la France ?

Un regard admiratif.

Transcription

– Donc, bonjour et bienvenue une nouvelle fois sur Français avec Pierre. Alors aujourd’hui, Jean-Philippe.

– C’est ça.

– Donc tu peux un petit peu te présenter et nous dire de quelle région de France tu es ?

– Bon alors moi, je suis né du côté du Mans mais, donc c’est dans le Nord de la France, mais j’ai passé toute ma jeunesse à Montpellier. Alors, c’est dans le Sud de la France, et plus précisément dans un petit village que tu connais, qui s’appelle Saint-Gély donc pas en ville, et qui est à côté de la Méditerranée.

Donc, pourquoi je dis ça ? Parce que j’ai, ça m’a permis de connaitre la mer et de faire du bateau.

– Parce que tu es un passionné de voile, de bateau à voile.

– Parce que j’aime beaucoup la voile, ouais.

– Par rapport à Bordeaux, moi j’ai un peu expliqué Bordeaux, ici, qui est une ville assez traditionnelle bourgeoise quand même,

– Oui, oui !

– Et Montpellier, quelle est la

– Ben, Montpellier …

– Comment tu définirais cette région ? La Méditerranée

– La Méditerranée mais c’est quand même dans les terres, c’est pas au bord de l’eau. C’est à vingt minutes en voiture de la mer et c’est une ville moyenâgeuse qui est très jolie, pas très grande, mais qui compte quand même aujourd’hui, je crois, un peu plus de quatre cent mille habitants donc ça commence à, à grossir, et qui est, par tradition, estudiantine.

Donc c’est une ville universitaire, et ça depuis très longtemps, depuis le Moyen-Âge, c’était la première université, je crois, de médecine en Europe.

– Et les gens, on dit qu’ils sont un peu plus, qu’ils parlent un peu plus avec les mains

– Ah oui, oui, oui !

– C’et le sud quand même !

– C’est le sud, c’est le sud. Ce n’est pas des Bordelais, non, on se rapproche de l’Espagne, de l’Italie, on s’exprime avec les gestes, on parle fort, on joue à la pétanque, une tradition viticole importante mais du rouge un peu, un peu gros, pas très raffiné, encore qu’aujourd’hui, on fait des très bons vins, je t’ai apporté une bouteille, du Pic Saint-Loup, qui est, qui a quand même, qui n’a pas démérité

– Très bonne ! Tout à fait ! Les gens sont plus extravertis quoi ! Plus du sud !

– Les gens sont plus ouverts, et puis on se dit bonjour dans les villages, et à Montpellier, c’est quand même aussi assez, assez, les gens sont ouverts aussi et puis il y a beaucoup de populations mélangées, d’origine, de toutes origines ! Donc c’est quand même, c’est intéressant de voir tous ces gens-là vivre ensemble,

– D’accord !

– En plus ou moins bonne harmonie.

– Ok, ok. Tu pourrais nous faire l’accent, là, de Montpellier, un peu comme ça ?

– Ben oui, les pécheurs… L’accent on le prend quand on parle avec les autres !

– Ah ouais ! Ah ouais, d’accord !

– Je ne le fais pas bien de toute façon !

– Ah ouais.

– Moi je, moi je suis d’origine Corse, alors je peux faire plus l’accent Corse un peu mieux.

– Ah ouais, voyons, voyons !

– Et comment ? Je ne comprends pas ! Et pourquoi ?

– Comme ça !

– C’est comme ça !

– D’accord.

– Fais attention !

– Alors, je suis obligé de passer à un autre sujet rapidement parce que tu as fait tellement de choses ! Parce que, donc, après, en Grèce tu as connu ta femme.

– J’ai rencontré mon épouse

– Et vous êtes partis après, puisqu’elle vivait déjà, à cette époque, elle était venue en Grèce maise lle vivait déjà au Canada.

– C’est ça, qui est d’origine grecque mais qui vivait, et qui vit encore, au Canada, donc on a décidé de, d’aller au Canada.

– Et donc au Canada, tu peux nous parler un petit peu de ta vie au Canada ?

– Alors…

– Tu vis dans quelle partie du Canada ?

– Donc, moi j’ai rejoint ma femme qui vit, qui vivait et qui vit encore à Toronto. Donc Toronto c’est en Ontario, c’est au centre un peu, enfin au centre-est du Canda donc, dans les Maritimes encore mais on est sur le bord du lac Ontario.

– Ok, mais alors, par rapport à la langue française, parce que bon, au Canada quand même le français est encore très présent, et même si, bon, je sais que c’est plutôt au Québec principalement, mais je crois que dans tout le Canada quand même le français a une place importante ?

– Alors oui, très importante parce que le Canada a deux langues. À la différence de beaucoup de pays, ils ont deux langues officielles, l’anglais et le français. Donc, dans toutes les provinces, il y a une obligation de la part de l’État, du gouvernement, de, d’offrir un apprentissage en français, au même titre que celui de l’anglais. Donc c’est le même, la même matière, la, l’enseignement est le même, mais en français, par évidemment des francophones.

Alors c’est des francophones qui viennent la plupart du Québec, mais aussi du nord de l’Ontario, parce qu’au nord de l’Ontario, il y a des poches de francophones qui ont leur propre dialecte et qui parlent avec des accents différents, qui n’est pas celui du Québec.  Il y a des gens qui…

– Ils ont un accent très fort hein !

– Ils ont un accent très fort mais ils ont des expressions à eux, des expressions d’ailleurs qui peut-être devaient venir du temps de l’arrivée des Français au seizième et dix-septième siècle au Québec.

– D’accord, et donc c’est pour cette raison que toi tu enseignes en fait dans un établissement français

– C’est ça !

– D’accord.

– Et ça a été plus facile pour moi, parce que j’ai pu continuer mes études en français au Canada, et obtenir mon diplôme d’enseignant là-bas !

– D’accord !

– Alors il y a une différence culturelle quand même, parce que surtout en Ontario, on est chez les anglophones mais aussi donc dans un esprit, un état d’esprit anglophone, enfin, anglo-saxon quoi, voilà.

– D’accord !

– Donc

– Et par rapport au Québec, il y a une grosse différence ?

– Il y a une grosse différence et on le sent beaucoup. Ben d’ailleurs les Québécois sont très attachés à, à garder cette, peut-être pas à garder, mais en tout cas à la…

– Conserver quoi.

– À conserver leurs traditions francophones québécoises, au niveau culinaire, au niveau de la musique, la musique québécoise s’exporte beaucoup en France…

– Et alors là, au Québec, tout le monde parle français ?

– Au Québec, à quatre-vingt-dix pour cent, tout le monde parle français. Mais le plus intéressant de voir, c’est qu’au Québec, il y a peu de gens, à part à Montréal, où c’est cinquante pour cent je crois, à l’extérieur, donc, de la ville de

Montréal, même dans la ville de Québec, les gens ne parlent même pas l’anglais !

Beaucoup de gens ne parlent pas l’anglais !

– Ah ouais, incroyable !

– Et c’est une volonté, c’est parce qu’ils ne veulent pas, ils ne veulent pas le parler !

– D’accord !

– Ils se refusent à le parler parce qu’ils ont, il y a un ressentiment hein !

– D’accord !

– Ils gardent, ils conservent un ressentiment envers les Anglais et envers les Français d’ailleurs ! Ils nous considèrent comme des gens qui les ont abandonnés !

– Ouais, ouais, il y a la fameuse histoire du temps de De Gaulle : “Je vous ai compris…”.

– Ah ben non, là c’est plutôt, c’était plutôt Voltaire qui disait, qu’est-ce que nous allons faire pour quelques arpents de neige ! Voilà.

– D’accord !

– Donc c’est parce qu’ils ont été persécutés hein ! On les a laissés, livrés à leur propre sort. Ils auraient très bien pu être assimilés par les Anglais, parce que les Anglais, c’étaient bien ça qu’ils recherchaient, mais ils ont gardé leur culture, leur langue, à tout prix !

C’est ce qu’on appelle la victoire des berceaux, voilà !

– Ok !

– Ils ont fait beaucoup d’enfants !

– Ah ok, d’accord ! Bon, finalement, pour terminer, donc moi ce qui m’intéresse, un truc qui m’intéresse particulièrement, là, pour revenir par rapport à la France et aux, aux Français, donc on a un point commun à ce niveau-là, c’est-à-dire que tu es un Français, mais qui ne vit plus en France, donc après, ça fait combien de temps maintenant, que tu vis à l’étranger, en comptant la Grèce, sept ans, huit ans ?

– Quinze ans !

– Quatorze ans ?

– Quinze ans !

– Quinze ans. Donc quinze ans, quel regard tu as sur la France maintenant quand tu reviens ou, parce que le fait de vivre à l’étranger ça permet de mieux voir souvent son propre pays, on louche moins, donc on a du recul.

– Oui, oui !

– Tu peux nous parler de ça ?

– Oui, bien sûr ! Moi je, c’est vrai que, de manière un peu chauvine, je trouve, je regarde la France avec admiration depuis que je l’ai quittée ! Pas beaucoup avec nostalgie, parce que, à part bien entendu les amis et la famille, ça ne me manque pas vraiment parce que je me suis adapté à d’autres modes de vie, mais je me suis rendu compte que la, la société française, les, les, l’apéro, la joie de vivre…

– La camaraderie.

– C’est ça !

– L’humour !

– Et le service public !

– Les services sociaux

– Les services sociaux, l’aide aux personnes en difficulté, l’hôpital, c’est quand même, la France est un beau pays pour ça ! Et puis bien sûr, après, le bon vin pas cher…

– Bien vivre.

– La bonne boulange, la, tous ces métiers corporatistes qui ont fait, qui rendent la vie plus agréable, plus douce.

– D’accord ! Et par rapport aux gens, la mentalité, c’est complètement différent les gens au Canada, à Toronto ?

– Oui, oui ! Encore une fois, c’est anglo-saxon, donc ce n’est pas la même approche, et puis le Canada, c’est un pays d’immigrants, donc personne n’est finalement, ne peut se revendiquer Canadien de souche

– Sinon les Indiens quoi, sauf les Indiens quoi.

– Sauf les Amérindiens…

– Mais qui malheureusement…

– Oui, mais eux, ils ont, c’est eux les victimes un peu de tout ça, parce qu’eux, ils sont, ils vivent la plupart du temps en réserves, ou ceux qui sont dans la ville, ils sont souvent, malheureusement, livrés à eux-mêmes, dans une pauvreté extrême, et c’est un peu dur ouais. Pour eux, ça n’a pas été facile, non !

– Tu conseillerais aux gens d’aller vivre au Canada ?

– Absolument ! Ouais !

– Il y a du travail, on dit, là-bas ?

– Il y a du travail, ce n’est pas le paradis du tout…

– Les hivers sont rudes ?

– Les hivers sont rudes, encore qu’à Toronto, on est quand même plutôt bien lotis, mais c’est un pays qu’on parle, qu’on dit d’opportunités, c’est sans doute vrai, mais moi je trouve que c’est un pays intéressant parce que, il y a un multiculturalisme tel, qui n’existe nulle part ailleurs ! À Toronto, on peut manger dans soixante-quinze différents restaurants, il y a plus d’une centaine de langues qui sont parlées.

– Un peu comme aux États-Unis peut-être quand même ?

– Oui et non, parce que les Canadiens sont très fiers de leur, alors, ils l’appellent pas comme ça, mais leur État providence, il y a une sécurité sociale, il y a des minima sociaux, ils sont très attachés à revendiquer justement l’étatisme, l’intervention de l’État, et le fait de payer des impôts, les impôts sont très élevés au Canada, au même titre qu’en France, alors peut-être que la TVA est moins chère, moins importante, mais la vie n’est, la vie est chère aussi de toute façon et chaque chose a son prix. Donc ce n’est pas le bonheur absolu, c’est pas comme aux États-Unis où les gens payent très peu d’impôts, mais tout le monde a plus ou moins sa place. C’est-à-dire que les pauvres sont peut-être moins pauvres, et on essaye d’avoir une société un peu, un peu plus équilibrée en tout cas.

– D’accord, donc un pays que tu conseillerais quand même.

– Oui, oui, oui, tout à fait ! Tout à fait ! Pour tous ces aspects-là, et puis enfin, parce que toi et moi on aime les, la nature, et là-bas, puisqu’il y a, il y a une nature immense, ça, pour les gens qui aiment la nature, c’est extraordinaire ! Chaque année, moi je pars avec des amis dans ces parcs provinciaux, alors c’est pas des petits parcs, c’est des parcs qui sont immenses, qui ont la taille d’un département français et dans lesquels on peut s’aventurer, voir personne, avec un canoë, et passer de lac en lac, faire son feu le soir.

– Toi qui aimes le sport en plus

– Oui, oui, oui, oui, c’est, et les Canadiens sont très sportifs, donc ils aiment beaucoup tout ce qui est sport d’équipe, au niveau du pagayage ensemble, tout ce qui volley et tout ça.

– D’accord.

– C’est un pays intéressant !

– Ok !

– C’est un pays intéressant !

– Bon, on pourrait parler des heures mais on va s’arrêter là parce que ça va faire une vidéo trop longue. Merci Jean-Phi !

– Eh ben merci ! À bientôt !

 

optin-sidebar-FAPnu

Clique ici pour t’inscrire à mon cours de français gratuit !

Tu seras peut-être intéressé aussi par MON TEST DE NIVEAU ou L’ACADÉMIE pour parler avec d’autres personnes en français ;-)