Les mots bizarres en français sont nombreux : devant une voyelle, BEAU se transforme en BEL, CE en CET, MA en MON,  AMOUR change de genre au pluriel… Aujourd’hui, nous allons expliquer tout cela !

Tu peux aussi suivre sur la page Facebook ; j’y poste une petite astuce de FLE tous les jours !
Merci aussi pour ton soutien indispensable :  les “like” ou pouces vers le haut, partages, commentaires et abonnements sur la chaine YouTube  :-)

Fiche récapitulative

1) Devant une voyelle (ou H muet)

– Adjectifs masculins qui changent :
Un nouveau jour –> Le nouvel an
Un beau cadeau –> Mon bel ami
Il est fou –> Un fol espoir
C’est vieux –> Un vieil ami
C’est mou –> Un mol enduit

– Ce –> Cet
Ce
copain –> Cet ami

– Ma, ta, sa –> Mon, ton, son
Ma
copine –> Mon amie
Ta montre –> Ton année préférée
Sa femme –> Son épouse

2) Pluriels bizarres

– Ils changent de genre !
. Orgue : Un orgue –> Des orgues très grandes.
. Amour : Un amour impossible –> Des amours heureuses
. Délice : C’est un délice –> Des délices heureuses

– La consonne finale ne se prononce qu’au singulier :
Un os (on prononce le S) / Des os (on ne prononce pas le S)
Un oeuf (on prononce le F) / Des oeufs (on ne prononce pas le F)
Un boeuf (on prononce le F) / Des boeufs (on ne prononce pas le F)

– Autres pluriels bizarres :
Un œil –> Des yeux
Un ciel –> Des cieux (ou ciels)
Un ail–> Des aulx (ou ails)
Un aïeul –> Des aïeuls

3) graphies bizarres

– E dans l’A  (se prononce toujours [e])
Lætitia, curriculum vitæ, et cætera, ex-æquo…

– E dans l’O
– prononcés [œ] : bœuf, chœur, cœur, manœuvre, mœurs, œil, œuf, œuvre, sœur, œillet…
– prononcés [ø] : bœufs, œufs, nœud, vœu. Œdipe, œdème, œnologie…
– prononcé [e] : fœtus

Remarque. Le tréma permet d’éviter le digramme : Noël, maïs…

Exercice

Complète avec : ce, cet, ta, ton,  beau, bel, fou, fol, nouveau, nouvel, vieux, vieil.

1.  ……. chambre est en désordre, range-la vite !
2. Tu as un ……. ami ? Il a l’air sympa !
3.  …….  appartement est trop  …….  !
4. J’ai acheté un  …….  ordinateur.
5. Tu as mis un  …….  costume aujourd’hui !
6. Un  …….  jour se lève.
7. J’ai le …….  espoir qu’il va réussir !
8.  …….  homme est complètement  …….  !
9. C’est un  …….  été qui nous attend !
10.  …….  histoire ne m’intéresse pas !

Correction

1. Ta chambre est en désordre, range-la vite !
2. Tu as un nouvel ami ? Il a l’air sympa !
3. Cet appartement est trop vieux/beau/nouveau/fou !
4. J’ai acheté un nouvel/vieil/bel ordinateur.
5. Tu as mis un beau/nouveau/vieux costume aujourd’hui !
6. Un nouveau/beau jour se lève.
7. J’ai le fol espoir qu’il va réussir !
8. Cet homme est complètement fou !
9. C’est un bel/nouvel été qui nous attend !
10. Ton histoire ne m’intéresse pas !

Transcription

– Tu sais qu’il y a des mots vraiment très bizarres des fois dans la langue française ?

– Ça, je sais ! C’est trop bizarre l’orthographe, des mots qu’on ne peut même pas prononcer !

– Non, non, non, non ! Mais je ne te parle pas de ces choses normales, non, non ! Je te parle de choses vraiment très bizarres !

– Ah bon ?

– Tu ne savais pas ?

– Non !

– Bonjour !

– Bonjour !

– Et bienvenue sur Français avec Pierre. Alors aujourd’hui

– Qu’est-ce qu’on va voir ? On va voir des choses étranges ! Alors c’est vrai que le français, des fois, il y a des choses un peu bizarres, mais là je vous assure qu’on va faire un petit peu le tour de choses qui sont quand même importantes à savoir, d’accord ?

– Premièrement, on va voir des mots bizarres parce qu’ils changent quand ils sont devant une voyelle, c’est ça ?

– Oui ! Oui, oui !

– Ou devant un H aspiré ?

– Oui ! Non, devant un H muet, surtout pas aspiré !

– Il faut que je regarde la vidéo !

– Ouais ! je vous renvoie à la vidéo qu’on a faite il n’y a pas très longtemps. Donc effectivement, alors d’abord commençons par des adjectifs qualificatifs.

– Donc est-ce que tu en connais qui sont un petit peu bizarres ?

– Nouveau ? Par exemple ça fait, nouvel an.

– Oui ! Le nouvel an, voilà ! Alors attention, nouveau, quand c’est au féminin, oui, ça fait nouvelle, deux L, E. Mais quand il est au masculin, s’il est devant un mot qui commence par une voyelle, alors ça fait, nouvel, E, L. Par exemple, le nouvel an.

– Ou je peux dire, mon nouvel appartement ?

– Oui ! Mon nouvel appartement. Ce n’est pas que tu peux dire, il faut dire mon nouvel appartement !

– À chaque fois que c’est devant une voyelle, il faut, on change ?

– Ou un H muet, ouais !

– de nouveau en nouvel ?

– Ouais, tu connais peut-être le journal, enfin le magazine, le Nouvel Observateur ?

– Ah oui !

– Voilà !

– Ah j’avais lu un livre : Bel Ami.

– Ah oui, alors voilà ensuite, il y a nouveau, il y a aussi beau. Donc beau, même au masculin, quand il est devant une voyelle, ça fait bel, B, E, L. Donc, par exemple, mon bel ami. Oui, c’est un roman de

– Maupassant ?

– Maupassant, si, si !

– C’est vrai ?

– Ouais, ouais. D’accord, alors voyons voir, il y en a d’autres, par exemple, tu en connais d’autres ?

– Fou !

– Oui ! Fou !

– Ça devient fol.

– Exactement ! Alors le féminin c’est folle avec deux L, E, mais le masculin, devant, seulement devant un mot qui commence par voyelle ou H muet, ça fait, fol, F, O, L. Donc par exemple, un fol espoir.

– Oui.

– Voilà ! Il y a aussi vieux. Vieux, ça fait vieil

– Oui, oui !

– Vieil

– Oui par exemple, mon vieil ami ! Et donc ça fait vieil, L à la fin, et pas vieille au féminin, d’accord ? Donc, il y a aussi mou, mais enfin bon, mou ça fait molle, le féminin, avec deux L, E, mais le masculin c’est M, O, L.

– Mol.

– Mol.

– Mais on l’utilise un petit peu moins

– C’est quoi mol ?

– Mol c’est, ah oui, c’est quelque chose, c’est le contraire de dur, mol.

– Ah oui ! Mou.

– D’accord ? Fou, c’est fou. Bon, beau, nouveau et vieux je pense que vous connaissez.

– Bon et ensuite il y a d’autres types de mots comme ce qui devient cet.

– Oui, alors le démonstratif, effectivement, ce, par exemple, je ne sais pas, ce jeu d’échecs ! Bon, le masculin c’est, C, E. Mais devant voyelle il se transforme en cet, C, E, T.

– Devant un mot masculin qui commence par voyelle

– Voilà ! Par exemple

– Cet appartement.

– Cet appartement. Cet ordinateur. Voilà. D’accord ?

– Mais ce n’est pas le féminin ! Le féminin c’est

– Non c’est un appartement, un ordinateur.

– Voilà ! D’accord ? Et c’est C, E, T. Le féminin c’est C, E, T, T, E.

– Cet ami.

– Cet ami, au masculin. Ouais. Par exemple.

– Et finalement, il y a aussi les possessifs, ma, ta, sa, qui deviennent mon, ton, son.

– Tout à fait ! Mon, ton, son, ce sont les possessifs masculins, mais aussi les féminins qui se transforment, les féminins ma, ta, sa, qui se transforment en mon, ton, son devant voyelle ou H muet.

Donc par exemple …

– Ma copine

– Ouais. Ou alors

– Mon amie !

– Mon amie au féminin, c’est mon, on ne peut pas dire, ma amie ! Impossible !

– Une amie mais

– Mais mon amie ! Ouais.

– Ça devient comme le masculin !

– Ouais ! Là il devient comme le masculin, on prononce pareil, et tout ça. Ou par exemple, je ne sais pas, c’est ton année préférée. On ne peut pas dire, ta année préférée ! Ce n’est pas possible, non, ça ne fait pas l’apostrophe mais ça fait une autre transformation. Voilà. Bon, ça parait un détail mais en fait c’est important de savoir tout ça. Souvent en fait vous allez vous poser la question quand vous allez apprendre, vous allez tomber dessus et vous demander pourquoi ?

Donc c’est surtout ça que j’aimerais faire, répondre à ces questions.

– En plus ça nous fait confondre le genre du mot !

– Eh ouais, du coup voilà, ça crée des confusions, donc voilà ! Ok, donc maintenant on va passer à un autre thème bizarre, ce sont les pluriels. Il y a certains mots qui, quand on les passe au pluriel, font des choses vraiment étranges ! Tu les connais ?

– Oui, ça je connais ! C’est par exemple cheval, ce n’est pas chevals avec un S, mais chevaux !

– Des chevaux ! Mais non, mais ça, oui, c’est une petite exception mais c’est quelque chose d’assez normal. Non, non, non ! Moi je te parle de choses beaucoup plus étranges !

– C’est quoi alors ?

– Ben par exemple, il y a des mots qui sont masculins quand ils sont au singulier et quand on les passe au pluriel, ils deviennent féminins !

– Bon. Ah oui ! J’en connais un ! Amour, l’amour.

– L’amour est enfant de bohème. Effectivement ! L’amour. Alors, l’amour c’est masculin mais si on le passe au pluriel, on va dire des amours heureuses ! Ou malheureuses ! D’accord ? Donc effectivement. Tu en connais d’autres ?

– Non, mais il n’y en a pas beaucoup non ?

– Il n’y en a pas beaucoup. Il y a un orgue, dans l’église, tu sais le piano des églises, voilà. Orgue c’est masculin mais au féminin, euh pardon au pluriel, ça devient féminin ! Alors après, il y a encore un autre phénomène au pluriel.

Par exemple, il y a certains mots, ben on prononce, normalement, au singulier, la consonne finale mais quand on les passe au pluriel, eh bien on ne la prononce plus ! Est-ce que tu en connais un ?

– Oui, je me trompe tout le temps, je ne sais jamais, les os, les os ?

– Oui ! Alors le squelette, hein, à l’intérieur de nous, ça c’est un os.

– Ah ! Au singulier on le prononce.

– Oui, un os. Et quand on passe au pluriel

– Des os !

– Des os. Voilà ! D’accord ? On ne prononce plus le S. Bon. Est-ce que tu en connais d’autres ?

– L’œuf ! Un œuf

– Qu’on mange, un œuf de poule, mais des ?

– Œufs !

– Des œufs, voilà ! Alors en plus, la voyelle change un petit peu. Enfin, surtout le F, on ne le prononce plus, d’accord ?

– Ensuite on va voir des mots qui ont une graphie un peu bizarre.

– Oui !

– Par exemple, le A dans le E, ou O ?

– Non, c’est E dans l’A. Le E dans le A. E dans l’A. Ou E dans l’O. D’accord ?

– D’accord.

– Tu en connais par exemple des mots

– Ben j’en connais qu’un, c’est le prénom Lætitia.

– Voilà. Alors Laetitia, et d’ailleurs, ouais ?

– C’est un A avec un E collé non ?

– C’est ça ! Donc d’ailleurs il y a une chanson très connue de Gainsbourg, de Serge Gainsbourg, vous pouvez la regarder sur Youtube, c’est, L, A, E dans l’A, T, I, T, I, A. Lætitia. Très bon la chanson ! Et donc effectivement, alors E dans l’A, ce n’est quand même pas une graphie qu’on voit très souvent mais il faut savoir que ça existe.

Alors comment on l’écrit ? En fait c’est un A, et le E est, est comme collé. C’est pour ça qu’on dit qu’il est dans le A !

– Mais ça existe dans le clavier ça ?

– Bon, c’est très compliqué à faire dans le clavier. Quand on l’écrit à l’ordinateur, en général, on écrit un A et un E. Ce n’est pas très grave, d’accord ? Mais bon, si vous le voyez, ben il faut savoir que ça existe ! Ce n’est pas très grave si tu prononces mal ou je ne sais pas, mais il faut savoir que ça existe, d’accord, parce qu’un jour tu vas te poser la question.

Donc on a aussi, on retrouve cette graphie dans, par exemple, un curriculum vitæ.

– Ah oui !

– Le CV. On l’écrit toujours CV mais si tu l’écris vraiment, c’est curriculum vitae. Et le vitæ, c’est V, I, T, A, E dans le A.

D’accord ? Ou alors et cætera (ou et cetera), ex-æquo. Et en fait on prononce toujours comme un é [e], E accent aigu.

– [e].

– D’accord. Et ensuite, les mots, le E dans l’O, c’est plus commun ?

– Ouais !

– Il y en a plein !

– Alors le E dans l’O, oui ! Ça c’est plus commun.

– Œuf.

– Ouais.

– Bœuf

– Un œuf, un bœuf

– Le cœur

– Le cœur, d’accord ? Donc alors, là par contre, au niveau de la prononciation, il y a trois possibilités. Bon alors souvent c’est ouvert comme ça, comme dans bœuf, cœur, œuf. La sœur, ma sœur par exemple.

– Ah oui !

– D’accord ?

– Œil

– Ouais.

– On l’a dit ?

– Un œil, oui. Donc là c’est ouvert. Alors pareil, ça s’écrit un E qui colle le O, d’accord ?

– Oui.

– Qui est collé au O. Et on dit, E dans l’O. Il peut aussi se prononcer plus [ø] comme ça, d’accord ? On l’a par exemple dans un nœud. Quand on fait le nœud des chaussures, pour les lacer, d’accord ? Oui, ou quand on fait un vœu pour Noël, je te souhaite, enfin pour la bonne année, je te souhaite une très bonne année, c’est un vœu.

– Oui. Bon, ben c’est fini là, non, les mots bizarres ? Il y en a encore ?

– Non, non, c’est fini, promis ! On aurait pu parler du H aspiré, du H muet mais comme on a déjà fait une vidéo là-dessus, hein

– On vous laisse le lien, ouais ! Et puis

– Sinon il y a le tréma aussi, les deux petits points, là, sur le …

– Ouais ! Bon ça on l’utilise pour éviter de former des digrammes comme par exemple dans maïs, qu’on mange, le maïs

– Oui.

– Pour éviter que ça fasse mais, M, A, I, S, d’accord ? Bon, ça je pense que vous connaissez.

– Donc voilà hein !

– Voilà ! Donc, comme toujours je mets une fiche récapitulative dans le blog, je vous laisse le lien et un exercice. Il faut faire l’exercice !

– Il faut le faire !

– Bon si vous aimez la vidéo, comme toujours, des pouces en l’air et puis n’oubliez pas de vous abonner à la chaine si c’est pas toujours fait, si c’est pas encore fait et n’oubliez pas qu’il y a aussi la page Facebook !

– On se retrouve bientôt ! Au revoir !

– Au revoir !

optin-sidebar-FAPnu

Clique ici pour t’inscrire à mon cours de français gratuit !

Tu seras peut-être intéressé aussi par MON TEST DE NIVEAU ou L’ACADÉMIE pour parler avec d’autres personnes en français ;-)