Lettres Muettes en Français

Les lettres Muettes en Français et particulièrement en position finale ! Toutes les explications avec une vidéo et sa transcription, une fiche, un exercice et le podcast !
Vous pouvez nous suivre sur la page Facebook ; j’y poste une petite astuce de FLE tous les jours !
Merci aussi pour votre soutien indispensable : les “like” ou pouces vers le haut, partages, commentaires et abonnements sur la chaine YouTube :-)
Vous serez peut-être intéressés aussi par LE TEST DE NIVEAU ou L’ACADÉMIE pour parler avec d’autres personnes en français ;-)

Lettres Muettes – Fiche Récapitulative

La règle

. Les lettres muettes en français se trouvent principalement en fin de mot : parlement, guitare, procès, etc.

. En position finale, les consonnes sont généralement muettes sauf L, C, F, R. D’où la règle LuCiFeR ! :-)
Un sac, un chef, de l’or, un fil, etc.

. Les voyelles finales, elles, se prononcent, sauf la voyelle E !
Brocoli, koala, il l’a aperçu, élève

. Mais la lettre E se prononce dans les petits mots suivants : ce, de, je, le, me, ne, que, se, te !

Attention !
Dans les digrammes ou dans les trigrammes, cela n’a rien à voir car les lettres participent à la formation du son créé grâce au di/trigramme.
Parler, enlever, juillet, des, etc.

Remarques
. Il y a bien entendu des exceptions : un banc (le C est muet), un film (le m se prononce), etc.
Et dans tous ces mots, le R se prononce et ne forme pas de digramme : cher, mer, fer, fier, hier, hiver, enfer, Lucifer… (Merci Fernando ;-) )
. Il y a aussi, mais plus rarement, des lettres muettes à l’intérieur des mots : compter.
. N’oubliez pas, non plus, que la lettre H est toujours muette en français, qu’il s’agisse d’un H aspiré ou d’un H muet ;-)

Lettres Muettes – Exercice

Quelles sont les lettres muettes dans les mots suivants ? Attention, des fois, il n’y a aucune lettre muette !! :-) Et attention, je ne considère pas qu’une lettre est muette si elle fait partie d’un digramme ou d’un trigramme !

La cheminée – Le chat – Ma famille – Le plomb – Une trousse – Un pot – Un général – Une année – Un estomac – Inhabité – Second – Blanc – Le corps – Sept – Le désert – Bonjour.

Correction (les lettres muettes sont en caractères gras).

La cheminée – Le chat – Ma famille – Le plomb – Une trousse – Un pot – Un général – Une année – Un estomac – Inhabité – Second – Blanc – Le corps – Sept – Le désert – Bonjour.

 

Si tu veux t’améliorer dans ta prononciation du français, je te conseille mon cours Prononciation Facile ! Il est pragmatique et efficace ! N’hésite pas à regarder les avis des utilisateurs, ils sont très contents :-)

 

Lettres Muettes – Transcription de la vidéo

– Tu savais que le français était vraiment diabolique ?
– Qu’est-ce que tu racontes encore comme bêtises ?
– Ah non, non, non ! C’est vrai ! Tu vas voir !
– Bonjour !
– Bonjour ! Bienvenue sur Français avec Pierre !
– Alors aujourd’hui, on va voir un peu de prononciation.
– Ah oui ! Aujourd’hui on va voir un point de prononciation qui est un vrai casse-tête pour les étudiants de FLE. Mais grâce à Français avec Pierre, ça va devenir clair comme de l’eau de roche !
– Bon allez ! Eau de roche, dis-nous de quoi tu vas nous parler ?
– On va parler des lettres finales en français. Est-ce qu’on doit les prononcer ou non ?
– Hm, oui c’est vrai. Alors, il y a une règle ou pas ?
– Ben en fait, il n’y a pas vraiment une règle, règle de grammaire, mais on va dire qu’il y a une règle empirique un petit peu, une règle pratique.
– Oui.
– D’accord ? Et moi, tu sais comment je l’appelle cette règle ?
– Non !
– Lucifer !
– Hein ? Bon c’est vrai que le français est assez diabolique, hein ! Mais bon, on les prononce ou pas ces consonnes finales alors ?
– Alors, les consonnes finales, parce qu’on va commencer par les consonnes, donc, non, on ne doit pas prononcer les consonnes en position finale en français, sauf les consonnes L, C, F et R.
– Ah, je commence à comprendre ! L, C, F, R, ça fait Lucifer !
– Exactement ! Bravo !
– D’accord !
– Ben par exemple, regarde. Tiens, justement, un regard. Un regard perçant.
– Ça finit en D.
– Ça finit en D et on ne prononce pas la lettre D.
– Ah oui ! Alors que partir, ça finit en R, et on le prononce !
– Voilà ! Parce que partir, le R, il fait partie de Lucifer !
– Ah oui, c’est vrai ! Alors, fil, on le prononce, ça finit en L.
– Voilà ! Un fil, c’est un bout de corde, quoi, très fin.
– Oui.
– Voilà.
– Ou mal aussi. Mal, on le prononce
– Oui. C’est bien ou c’est mal. Quand c’est mal, ça finit en L, et on prononce le L.
– C’est pas mal ! C’est vrai ça marche !
– Tu as vu ? Un ordinateur, ça finit en R, on prononce le R.
– Ah ouais, ouais !
– Diminutif.
– Ah oui !
– On prononce le F. Attractif, ou un chef, par exemple.
– Ou un ouvrier ! Ah ! Ah non ! Là ça finit en R et on ne prononce pas ! Mais ça ne marche pas ton truc !
– Mais non ! C’est parce que dans ouvrier, c’est un peu différent !
– Ouvrier, ça finit en E, R. Comme le verbe parler
– Chanter ! Aimer !
– Etc. Qu’est-ce qu’il se passe ? C’est que là, en fait, le E et le R, ces deux lettres se combinent pour former ce que l’on appelle en français un digramme. Un digramme, c’est quand il y a deux lettres …
– Oui.
– … qui forment un seul son. Donc, dans ce cas-là, ça n’a rien avoir, le R, on ne doit pas le prononcer parce qu’il fait partie du digramme pour former le son “é”
– D’accord.
– Tu comprends ?
– Donc la règle marche tant que ce n’est pas un digramme ?
– Oui, parce que les digrammes, ça ne rentre pas dans ce cas-là, c’est pas … d’accord ? Ça fait partie du digramme.
– D’accord !
– Il existe même des trigrammes ! Par exemple, de l’eau, de l’eau à boire, c’et E, A, U et on ne prononce ni le E, ni le A, ni le U. On prononce, eau.
– Ah oui ! Bon, mais à part ces digrammes et ces trigrammes, j’imagine qu’il y a des exceptions ?
– Oui, bien sûr ! Ce n’est pas une règle parfaite, il y a quelques exceptions. Bon, par exemple, je ne sais pas, un autobus.
– Ah oui.
– Tu vois, un bus ou un autobus, ben on prononce le S. A l’inverse, estomac. On a dit que le C final se prononce. Estomac en français, ça termine avec un C. Dans ce cas
– Donc on ne prononce pas ?
– Ouais, dans ce cas-là, on ne le prononce pas.
– Bon. Et alors pour les voyelles, comment on sait si on les prononce ou pas en fin de mot ?
– Pour les voyelles, c’est beaucoup plus simple ! Les voyelles finales, en position finale, en français, on les prononce, sauf la lettre E qui est muette en position finale. Donc je ne sais pas,
– D’accord, par exemple, brocoli, ah oui,
– Tu vois ?
– Il finit en I et on prononce le I.
– Voilà !
– Ou roi. Ah non ! Roi, ça finit en I
– Mais non, un roi, c’est un, ça forme aussi un digramme. Le O et le I en français forment un digramme pour former le son “OI”
– D’accord, donc c’est comme pour les consonnes, si ça forme un digramme, ça ne marche pas la règle
– Non, non, ça, ça ne compte pas, non, non.
– D’accord. Mais alors, tu as dit que le E, en fin de mot, ça ne se prononce pas, mais il y a les mots comme je, de
– Ce, que. Oui ! Alors c’est vrai, ça ce sont des exceptions. En fait dans ces tout petit mots-là,
– Oui !
– Des mots grammaticaux très importants, je, de, me, ce, que, en deux lettres ou trois lettres, pour que, dans ce cas-là, c’est vrai qu’on prononce la lettre E en position finale.
– D’accord
– Mais voilà, à part ces mots-là, ça fonctionne !
– Donc, si j’ai bien compris, pour résumer, en fin de mot, les consonnes finales sont muettes, sauf Lucifer, c’est-à-dire les mots qui finissent en L, C, F et R.
– Ouais
– Et pour les voyelles, on les prononce, sauf le E qui est muet,
– Oui
– Mis à part les mots de, ce, me, je, …
– Ouais exactement !
– que, …
– Voilà ! Bravo ! Et les digrammes et les trigrammes, ça ne rentre pas en compte, puisque ça, c’est quelque chose de différent. Ben, c’est très bien ! C’est pour ça que Lucifer !
Ben, vous voyez, finalement, le français, c’est pas si diabolique !

– Mais en fait, ça aurait dû être luciférien non ? Puisque
– D’ailleurs tu savais que Lucifer, en fait, c’était un ange d’ailleurs, qui était très, très beau, et en fait, il parait qu’un jour, il a voulu se battre contre le Dieu, et donc ils se sont battus, et il aurait perdu la bataille.
J’ai essayé de chercher les passages de la Bible qui parlaient de Lucifer mais j’ai pas beaucoup trouvé, en fait ils en parlent très, très peu, donc je ne sais pas d’où ils ont sorti ces histoires de Lucifer, parce qu’il y a toute une histoire, je me demande si c’est pas les passages apocryphes, de la Bible, je ne sais pas, enfin bref, je n’ai pas trouvé !

 

Profite de nos cours de français totalement gratuits:

 

27 réflexions sur “Lettres Muettes en Français”

  1. “que la lettre H est toujours muette en français, qu’il s’agisse d’un H aspiré ou d’un H muet ;-)” ¿Por qué se pone “muette” en la primera parte de la frase y “muet” al final? ¿Las letras son masculinas o femeninas? y ¿Como puede ser “muette” tanto si es “muet” como si no?

    1. Hola! porque en el primer caso, el adjetivo “muette” se está referiendo a la palabra “lettre”, que es femenina. Une lettre.
      En cambio, las letras del alfabeto son masculinas: Un A, Un B, Un C, Un H como lo usa en el ejemplo.
      Espero sea claro! Suerte

  2. José Tamayo López

    Bonjour Noémie et Pierre: Merci beaucoup pour vos vidéos. Ils sont formidables ! Je une question a vous poser. Pourquoi “ER” forment digramme et pour tant ne se prononce pas le “R” de les mots:ouvrier, chanter,aimer,parler, etc…? Et au contraire “ER” ne forment pas des digrammes dans les mots: cher,mer,fer,fier,hier,hiver,enfer, etc…et se prononce le “R” ?. Merci! Vous êtes les meilleurs. !!!

    1. Bonjour ! On peut dire que ce sont des exceptions comme je l’écris dans l’article :-)
      Merci !

  3. Rosana Naso de Rexach

    Bonjour Noémi et Pierre!!
    Votre méthode est toujours merveilleuse!!!
    C´est un appui très intéressant à l´apprentissage de la langue française!!
    Merci bien de la partager!!
    Une collègue..

  4. Bonjour Pierre,
    je vous remercie pour cette très bonne qualité de vidéo ainsi que la performance pour expliquer les choses.
    j’ai une question par rapport à la prononciation de la consonne r dans les noms de familles ” Sayer, meyer et Tajer” . si on applique le digramme comme pour “ouvrier” et les verbes en 1er groupe ” danser, jouer…on peut ne pas prononcer le r et appliquer le digramme? est ce qu’il y a une exception pour les noms de famille ou de résonance étrangère.
    merci beaucoup et très bonne journée.

    1. Bonjour,

      Merci pour cette vidéo. Je ne trouve pas de mots qui se terminent en “m” qui ne se prononce pas. Tous ceux que je trouve forment un diagramme. Ex:thym. Le “m” ne ferait-il donc pas partie des consonnes qui se prononcent en général ?

  5. JULIO LÓPEZ GADEA

    Bonsoir, Noémie et Pierre. Vraiment, j’ai trouvé très pratique la vidéo d’aujourd’hui. Avec une longue expérience on finit par ne pas trop se tromper, mais, tout de même, la phonétique française a, un caractère tout à fait diabolique, surtout si on pense qu’après on doit écrire correctement tous ces pièges. L’orthographe n’est pas moins luciférine… Mais, grâce à vos leçons, on apprend des tas des choses, au même temps qu’on s’amuse. Mes félicitations!
    Un grand salut por vous deux.
    Julio

  6. Martin Wallace

    Une autre remarque au sujet des lettres muettes, avec une dimension religieuse: chez les protestants, on prononce toujours le “t” à la fin du mot “Christ”; en revanche, chez les catholiques, on prononce le “t” sauf dans l’expression “Jesus Christ”. Donc, chez les catholiques, on prononce le “t” dans l’expression “Jesus le Christ”, mais la lettre “t” est muette quand on dit (par exemple) “par Jesus Christ, notre Seigneur”. Je ne sais pas pourquoi!
    Merci pour la vidéo … vachement superbe, comme toujours!

  7. walmir theodoro de almeida

    Bonjour Noemi, Bonjour Pierre!
    Ce vídeo est superbe. J’ai beaucoup entendu.
    Bonne dimanche et merci à vous!

  8. Martin Wallace

    Merci, Naomi, pour la petite leçon d’angélologie. Il n’y a pas beaucoup dans la Bible à propos de Lucifer, mais vous pensez à Apocalypse 12: 7-9, où le «dragon» est aussi appelé « le diable » et « Satan ». Puisque saint Paul dit dans 2 Cor 11: 14 « même Satan se déguise en ange de lumière », le nom « Lucifer » – « porteur de lumière » est aussi donné à Satan. St Paul se référait à son tour à Esaïe 14:12 (qui parle en fait métaphoriquement du roi de Babylone.)
    Cependant, dans le latin classique (en Virgil, par exemple) le nom « Lucifer » est utilisé pour « l’étoile du matin » (la planète Vénus) et dans certaines prières chrétiennes c’est en fait une métaphore pour Jésus. Par exemple, à Pâques, le diacre chante (dans la bénédiction de la cierge de Pâques) de « l’astre du matin, celui qui ne connaît pas le couchant, le Christ ressuscité le revenu des enfers », qui est en latin, « Lucifer, qui ne scit occasum.. ».
    Au fait, « Lucifer » peut être utilisé pour l’ange déchu de la lumière, c’est-à-dire Satan, mais c’est également un nom de l’Étoile du Matin et peut même être métaphoriquement pour notre Seigneur Jésus. C’est compliqué, n’est-ce pas ?
    Vous pouvez réveiller Pierre maintenant!

    1. Martin Wallace

      Pardon! Ver le fin, quand j’ai écrit “peut être utilisé” on doit lire “peut être utiliser”. Desolé.

  9. whitney barros

    Bonjour Pierre, pour me rappeler de ces sons, j’ai utilisé le mot en anglais ‘careful’. Mais Lucifer est tellement belle! :D
    J’aime vos vidéos, j’ai beaucoup appris. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier
Retour haut de page