La Concession en Français: Bien que, Malgré, Même si…

Malgré, bien que, même si, quand même… Comment exprimer la concession en français? Voyons en détail ce point de grammaire important, avec des explications et des exemples concrets!

SOMMAIRE

  1. C’est quoi la concession?
  2. BIEN QUE, MÊME SI et QUOIQUE
  3. MALGRÉ et EN DÉPIT DE
  4. CEPENDANT, POURTANT, QUAND MÊME…

1. C’est quoi la concession?

En français, les expressions comme MALGRÉ et BIEN QUE servent à exprimer la concession.

La concession, c’est quand une phrase comporte deux propositions qui sont en apparence contradictoires entre elles.

  • Pour y voir plus clair, voici un exemple:

Bien que François n’ait pas étudié, il a réussi son examen.

Comme tu le vois, il y a un manque de logique entre ces deux propositions:

François n’a pas étudié.

Il a réussi son examen.

Normalement, une personne qui n’étudie pas ne réussit pas son examen! Comme ces deux propositions ne sont pas logiques entre elles, on construit la phrase avec la conjonction BIEN QUE, qui permet d’exprimer ce paradoxe, c’est-à-dire ce que l’on appelle en grammaire la concession!

François n’a pas étudié, mais il a réussi son examen.

  • Voyons un deuxième exemple, avec MALGRÉ cette fois:

Malgré la pluie, ils ont décidé de sortir.

Il s’agit de la même chose ici: nous sommes en présence de deux faits qui semblent contradictoires. Logiquement, quand il pleut à verse, on ne sort pas!

2. BIEN QUE, MÊME SI et QUOIQUE

Ces trois expressions s’utilisent d’une manière similaire, bien qu’il y ait des différences entre elles.

  • La conjonction BIEN QUE permet d’introduire une subordonnée exprimant la concession. BIEN QUE est toujours suivi du subjonctif:

Bien qu‘il ne soit pas français, Moussa parle très bien la langue de Molière.

À noter qu’on peut sans problème inverser l’ordre des propositions:

Moussa parle très bien la langue de Molière, bien qu’il ne soit pas français.

Il faut juste penser à mettre une virgule entre les deux propositions.

  • La conjonction MÊME SI fonctionne comme BIEN QUE, sauf qu’elle est toujours suivie de l’indicatif:

Même s’il n’est pas français, Moussa parle très bien la langue de Molière.

L’autre grande différence entre les deux conjonctions, c’est que MÊME SI s’utilise plutôt dans un langage familier ou standard, alors que BIEN QUE est plutôt réservé à l’écrit, à un langage soutenu.

  • Comme BIEN QUE, la conjonction QUOIQUE est suivie du subjonctif:

Quoiqu’il fasse très froid, ils sont allés se baigner.

La conjonction QUOIQUE appartient aussi à un registre soutenu. On l’utilise encore plus rarement que la conjonction BIEN QUE. Si tu ne connais pas la différence entre QUOIQUE et QUOI QUE, je t’invite à regarder cette vidéo.

3. MALGRÉ et EN DÉPIT DE

Même si ces deux expressions de concession sont synonymes, on utilise beaucoup plus souvent MALGRÉ.

  • La préposition MALGRÉ est en général suivie d’un groupe nominal (déterminant + nom):

Malgré ses problèmes, Hélène est toujours de bonne humeur.

Comme tu le vois, MALGRÉ permet bien d’exprimer la concession: Hélène a des problèmes, mais elle est toujours de bonne humeur. Tu remarqueras aussi que MALGRÉ n’est pas suivi d’un verbe, mais d’un nom

Voyons un autre exemple:

Loïc arrive à étudier malgré le bruit.

Cela signifie que Loïc arrive à étudier, même s’il y a du bruit.

⚠️ Dans le langage familier, on emploie parfois la conjonction MALGRÉ QUE dans le sens de BIEN QUE. Les grammairiens considèrent que cette tournure est incorrecte, bien qu’on la retrouve sous la plume de certains écrivains comme Marcel Proust. Je te déconseille donc d’utiliser MALGRÉ QUE, notamment pendant un examen!

  • La préposition EN DÉPIT DE s’utilise de la même manière que MALGRÉ, c’est-à-dire devant un groupe nominal:

Loïc arrive à étudier en dépit du bruit.

Il faut bien penser à faire la contraction entre la préposition DE et l’article défini!

Voyons un autre exemple:

En dépit de ses mauvais résultats, il a décidé de s’inscrire en fac de médecine.

Cependant, EN DÉPIT DE appartient à un registre soutenu et est beaucoup moins employé que MALGRÉ.

4. CEPENDANT, POURTANT, QUAND MÊME…

Pour exprimer la concession en français, on peut aussi utiliser certains adverbes.

  • Les adverbes CEPENDANT, TOUTEFOIS et NÉANMOINS s’emploient dans un langage plutôt formel, à l’écrit notamment:

Le français n’est pas une langue facile. Cependant, il n’est pas impossible de l’apprendre.

  • Dans le langage courant et familier, on utilise très souvent l’adverbe POURTANT.

Il n’a rien étudié et pourtant, il a réussi son examen!

  • Enfin, dans la vie de tous les jours, on utilise beaucoup la locution adverbiale QUAND MÊME:

Il fait super froid mais ils vont quand même se baigner.

QUAND MÊME vient souvent renforcer une concession déjà exprimée par un autre mot comme MAIS ou POURTANT:

Il n’a rien étudié et pourtant, il a quand même réussi son examen.

Ce point de grammaire sur la concession en français n’était pas simple, mais j’espère que tu as tout compris quand même!

Pour compléter cet article, je te conseille de regarder cette vidéo sur les expressions de la cause (car, puisque, parce que).

La Concession en Français: Fiche PDF – Exercice – Transcription

3 réflexions sur “La Concession en Français: Bien que, Malgré, Même si…”

  1. Lasse Storr-Hansen

    J’aime de voir les vidéos avec Pierre et Noémi. Je les voir sans soutitre et je comprends presque tous. Ça c’est un grand plaisir pour moi. Merci beaucoup pour cette magnifique méthode d’apprentissage.
    Cordialement
    Lasse (Danois)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Retour haut de page